Qu’est ce qu’un thé de « qualité » ? La question que tout le monde se pose !

Hello !

Comme je le disais dans l’article précédent, je souhaite me diriger vers des thés de meilleure qualité. Mais c’est une notion qui me semble plutôt obscure, et pour beaucoup plutôt personnelle. Je vais donc t’expliquer ce que j’estime être un thé de « bonne qualité » !

Shincha Umegashima 2015 - Dammann Frères (3)

Pour commencer, je tiens à dire que je ne souhaite pas écrire un article puant d’orgueil ou jetant un oeil jugeur sur tous ceux qui oseraient ne pas suivre ma pensée. Chacun est libre de consommer ce qu’il veut et je ne met pas de couteau sous la gorge. Ceci étant dit, je peux donc débuter mes explications.

Je bois du thé sérieusement depuis environ deux ans, et avant cela je consommais du thé en sachets individuels, de grande surface. Si je buvais ceux-ci, c’était déjà parce qu’étant étudiante, mon budget alimentaire n’avait pas le thé pour priorité, et ensuite parce que j’avais une belle mal-connaissance du sujet. Des années plus tard, j’ai eu envie de découvrir un peu plus de saveurs théinées, de marques, de concepts innovants etc.. J’ai donc débuté ce blog et je pense qu’en un an et demi d’écriture et de dégustations, j’ai fait le tour de la couche supérieure, de ce qui était facilement accessible. En cherchant à aller plus loin, je me suis rapidement rendue compte que « marque connue » ne signifiait pas forcément : qualité et honnêteté. Donc j’ai bien envie d’aller vers davantage de qualité ! Mais comment puis-je expliquer ce terme ? Qu’implique t’il ?

Genmaicha - Postcard Tea (3)

Qualité = Norme

L’explication la plus importante du terme qualité serait « la bonne norme à respecter ». Pour ma part, cela fait écho au Service Qualité des entreprises/usines. Ce service est censé contrôler que le produit respecte bien la charte qualité, la norme imposée avant d’être distribué. Je dis bien « censé », puisque la marge d’erreur dans certains domaines de l’agroalimentaire reste énorme. C’est l’essai Vous êtes fous d’avaler ça qui m’a fait réaliser que finalement, avec un peu d’ingéniosité, certaines entreprises se permettaient d’outre-passer les règles d’hygiène. C’est une lecture que je te recommande particulièrement, il y a d’ailleurs certains passages dédiés au thé.

Je ne parlerai pas du goût, puisque si la qualité est là, le goût reste une affaire personnelle !

Avoir sa propre Norme

Si certaines entreprises ont des Normes si basses, c’est donc à nous même d’avoir notre propre cahier des charges, et d’élever nos standards. J’imagine que nous avons tous nos petites exigences qui nous poussent à consommer d’une manière, et pas d’une autre. Bien sûr, et une fois de plus, nous sommes tous libre de consommer comme nous le souhaitons. En ce qui concerne le thé, j’ai de plus en plus besoin de m’assurer de certaines choses avant d’acheter.

S’il s’agit d’un thé nature, je cherche à avoir un maximum d’informations :

  • localisation géographique exacte de la plantation,
  • nom du producteur ou de la coopérative,
  • nom exact du type de thé et non pas un renommage du vendeur final, qui brouillera les pistes,
  • date de récolte,
  • plantation qui suit une charte éthique : pas de travail des enfants, pas d’utilisation de pesticides etc…
  • et pour certaines variétés, il peut s’agir de détails techniques tels que l’altitude, le procédé de fabrication, l’environnement de la plantation etc..

Cela peut sembler fastidieux, mais si certains vendeurs en sont capables, j’estime que tous les autres devraient en faire autant. Par exemple, il y a les thés japonais vendus par Florent Weuge sur son site. Non seulement les détails sont bien présents, mais en plus de tout ça, il écrit très régulièrement sur son blog et nous apporte une histoire complète du thé ! Personnellement, j’estime que son site & son blog sont une réelle référence dans le domaine des thés japonais et d’une très grande fiabilité. Et pour autant, les prix ne sont pas exagérés et Florent Weuge m’a même déjà envoyé un mail pour commenter l’un de mes achats, chose rare.

Quelles différences pouvons-nous noter avec les sites plus usuels ? La comparaison me semble inévitable ! Pour mon anniversaire, ma soeur m’a offert à ma demande ce thé vert japonais primeur 2016. Je ne peux pas m’empêcher d’estimer qu’étant donné le prix, j’aurai souhaité davantage d’informations sur le producteur, par exemple, ou sur la date de récolte. Je ne sais pas si le Palais des Thés ne souhaite pas partager ces informations, parce que, soyons honnêtes, la plupart des consommateurs se fichent éperdument de tout cela, mais cela est bien dommage de pénaliser la minorité curieuse. Si François-Xavier Delmas partage ses aventures théinées à travers le monde, j’imagine qu’il a bien en main toutes ses informations ! Pour autant, j’apprécie la sélection de thés nature du Palais des Thés, et je continuerai d’acheter certaines choses chez eux.
Actuellement, je ne souhaite plus acheter des thés nature totalement dépourvus de la moindre information. Les blends de même variété ne m’intéressent plus, bien que je reconnaisse le travail et l’expérience de l’expert qui va façonner ces blends.

S’il s’agit d’un thé parfumé, je cherche un minimum d’honnêteté :

  • ingrédients listés et non pas une mystérieuse appellation du genre de « goût guimauve », alors qu’il s’agit d’un thé à la fleur d’oranger,
  • honnêteté sur la création : combien de sites contiennent les mêmes « à propos » orgueilleux : « nous sommes créateurs de thé »… pour une carte dont les thés proviennent de grossistes,
  • provenance du thé utilisé « propre », ce n’est pas parce qu’il sera aromatisé à outrance qu’il faudra pour autant utiliser du thé plein de pesticides et aux saveurs insipides,
  • honnêteté sur le prix : un thé qui provient de grossistes connus et dont les prix ont été très largement gonflés.

Pour les thés parfumés, j’ai deux exemples fiables. Le premier reste la maison Dammann Frères, qui est un grossiste et un détaillant. Dammann Frères vend ses propres mélanges parfumés, détaille les ingrédients et tout cela, à prix tout à fait correct.
Le second est la boutique Chakaiclub. Alexandra, la créatrice de la marque, vend, entre autres, deux types de thés aromatisés : soit des recettes de grossistes qu’elle a jugé être parfaitement en accord avec les thèmes mensuels de l’abonnement qu’elle propose ; soit des créations qu’elle a imaginé et qu’elle fait produire par des grossistes. Etant donné qu’elle a une totale transparence à ce sujet, selon moi Chakaiclub est une boutique fiable et sans honteux secrets dissimulés. Les prix sont quant à eux tout à fait honnêtes, et le service impeccable.

En parallèle à ces deux marques, il y a toutes celles qui revendent sous le mensonge du pseudo créateur. Pour le moment, je ne pense pas que parler de ces marques en particulier soit très judicieux, j’imagine déjà les attaques pour diffamation ! Je ne peux que t’encourager à fouiner, à chercher les informations, à questionner et à voir où se situent les limites de la transparences de certaines « maisons ». Tu es acteur de la société de consommation : il ne faut pas attendre les scandales.

Pour autant, j’ai mes petits guilty pleasure, alors si un mélange me fait mega trop envie, il est possible que je craque 🙂

Pour aujourd’hui, je n’ai cité que 3 boutiques fiables, mais bien sûr, il y en a d’autres (Terre des Thés, Thés George Cannon, Shan Yun Cha, Lupicia, Goutte de Thé, Tea & Ty …) ! J’en parlerai avec davantage de détails, si je me sens à l’aise d’en parler. Pour tout te dire, j’ai peur que l’exclusion involontaire de certaines marques t’induise en erreur. Quoiqu’il en soit, c’est un sujet que je juge comme étant inévitable dans le futur. Mais en attendant, n’oublies pas qu’il s’agit de ma propre vision des choses .. et qu’elle n’est pas absolue !

Coffret Tendresse - Dammann Frères (6)

5 commentaires sur “Qu’est ce qu’un thé de « qualité » ? La question que tout le monde se pose !”

  1. Article vraiment intéressant.
    J’adore le thé et j’aime savoir comment il a été fait, il y a certaines maisons a qui je fais confiance et d’autres que j’ai appris à éviter MAIS jamais je ne m’étais posé en tout cas pas si précisément, la question de la plantation d’origine par exemple.
    Ça m’intéresse particulièrement que tu orientes tes articles en rajoutant ce genre de données.
    Je trouve que ça donnerait une valeur de plus à ton blog!
    Bravo pour tes questionnements et observations.

    1. Déjà, merci pour ta fidélité au blog 🙂
      Je pourrai continuer d’acheter des mélanges ou des thés nature que je n’ai pas, mais je serai vraiment blasée à force si ce n’était qu’acheter pour acheter !
      J’attends d’avoir un peu plus de lumière chez moi pour prendre de jolies photos, et les articles dégustation reviendront vite !

  2. Il y en a qui n’aime que le thé parce qu’il est aromatisé à tel ou tel truc. Ils vont demander à la boutique si ils ont du thé aromatisé à ça ou ça.
    Ils voudront un truc à base de thé vert car ces gens auront lu quelque part qu’il y a des « anti oxydants » dedans (ces gens ne savent pas ce qu’est qu’un oxydant. Il faudrait manger le thé d’ailleurs pour en absorber le maximum…)
    Le vert d’ailleurs ça sonne plus « naturel » que le thé noir…
    Et enfin ce thé aura un nom bien pompeux et sera vendu dans une jolie petite boite.

  3. Ping : Qu’est ce qu’un thé de « qualité » ?

  4. Ping : Qu’est ce qu’un thé de « qualité » ? – L'Arène du Thé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *